20 Μαρτίου: Διεθνής Ημέρα της Γαλλοφωνίας

20 Μαρτίου: Διεθνής Ημέρα Γαλλοφωνίας
Η Ελλάδα μέλος της Γαλλοφωνίας από το 2004
Με τη συμμετοχή μας στη Γαλλοφωνία στηρίζουμε την πολυγλωσσία και μέσω αυτής την ελληνική γλώσσα

Παρασκευή, 29 Μαρτίου 2013

Συνέδριο Γαλλοφωνία και Πολυπολιτισμικότητα (6-7 Απριλίου 2013)




ΠΑΝΕΠΙΣΤΗΜΙΟ ΠΕΛΟΠΟΝΝΗΣΟΥ
ΣΧΟΛΗ ΚΑΛΩΝ ΤΕΧΝΩΝ
ΤΜΗΜΑ ΘΕΑΤΡΙΚΩΝ ΣΠΟΥΔΩΝ
ts.uop.gr
 

ΓΑΛΛΟΦΩΝΙΑ ΚΑΙ ΠΟΛΥΠΟΛΙΤΙΣΜΙΚΟΤΗΤΑ

ΕΒΔΟΜΑΔΑ ΓΑΛΛΟΦΩΝΙΑΣ
Ναύπλιο, 1-7 Απριλίου 2013



Συνέδριο Γαλλοφωνία και Πολυπολιτισμικότητα
 6-7 Απριλίου 2013

Πρόγραμμα

Σάββατο 6 Απριλίου 2013, Βουλευτικό

10.00-10.30     Προσέλευση, Εγγραφές
10.30-11.00     Χαιρετισμοί

1η Συνεδρία: Η Παρουσία της Γαλλοφωνίας στην Ελλάδα
Πρόεδρος        Β. Λαλαγιάννη, Καθηγήτρια Πανεπιστημίου Πελοποννήσου
11.00-11.15     Δ. Προβατά,Επίκουρη Καθηγήτρια Εθνικού και Καποδιστριακού Πανεπιστημίου Αθηνών, Εκφάνσεις της γαλλοφωνίας στο Ναύπλιο του 19ου αι.
11.15-11.30     Γ. Φρέρης, Καθηγητής Αριστοτελείου Πανεπιστημίου Θεσσαλονίκης, Ζαν Μορεάς και Γ. Σεφέρης: μια ‘‘αντίρροπη’’ σχέση μέσω της ποίησης
11.30-11.45     Δ. Φίλιας,Αναπληρωτής Καθηγητής Ιονίου Πανεπιστημίου, Η εκδοτική σειρά ‘‘Γαλλόφωνη Λογοτεχνία’’, εκδόσεις «Γρηγόρη», Αθήνα
11.45-12.00     Συζήτηση
12.00-12.30     Διάλειμμα-Καφές

2η Συνεδρία: Η Γαλλοφωνία στην Ελλάδα και τα Βαλκάνια
Πρόεδρος        Α. Ταμπάκη, Καθηγήτρια Εθνικού και Καποδιστριακού Πανεπιστημίου Αθηνών
12.30-12.45     Ι. Μποτουροπούλου, Καθηγήτρια Εθνικού και Καποδιστριακού Πανεπιστημίου Αθηνών, H διάλεξη του Γιώργου Σεφέρη (Κάιρο, 1944) “Deux aspects du commerce spirituel entre la France et la Grèce (“Δυο όψεις της πνευματικής επικοινωνίας της Γαλλίας και της Ελλάδας”) ως ο κατ’ εξοχήν έπαινος  της γαλλοφωνίας
12.45-13.00     Α. Βλαβιανού, Λέκτορας (υπό διορισμό) Ελληνικού Ανοιχτού Πανεπιστημίου,Δημήτρης Τ. Άναλις – Γαλλοφωνία στον πληθυντικό (Δοκίμιο, Ποίηση, Πεζογραφία, Θέατρο, Μετάφραση)
13.00-13.15     Δρ. Κ. Σπυροπούλου, Διδάσκουσα Πανεπιστημίου Θεσσαλίας, Γαλλοφωνία και Βαλκάνια: λογοτεχνική ποικιλομορφία
13.15-13.30     Συζήτηση
13.30-15.30     Γεύμα

3η Συνεδρία: Γαλλοφωνία και Μαγκρέμπ
Πρόεδρος        Γ. Φρέρης, Καθηγητής Αριστοτελείου Πανεπιστημίου Θεσσαλονίκης
15.30-15.45     A. Ρόζη, Επίκουρη Καθηγήτρια Πανεπιστημίου Πατρών, Από τα οριακά σημεία του αστικού τοπίου στον συμβολικό "χάρτη" της εθνικής ιστορίας: οι διαδρομές του cinéma beur
15.45-16.00     Β. Λαλαγιάννη, Καθηγήτρια Πανεπιστημίου Πελοποννήσου, Maghreb sur Seine: η γαλλόφωνη μεταναστευτική λογοτεχνία στο Παρίσι
16.00-16.15     Δρ. Χρ. Οικονομοπούλου, μέλος Ε.Ε.ΔΙ.Π. Πανεπιστημίου Πελοποννήσου, Το σύγχρονο γαλλόφωνο θέατρο της Αλγερίας: ένα παράδειγμα πολυπολιτισμικότητας
16.15-16.30     Συζήτηση
16.30-17.00     Διάλειμμα-Καφές

4η Συνεδρία:  Γαλλόφωνο και γαλλικό ρεπερτόριο στην Ελλάδα
Πρόεδρος        Δ. Προβατά, Επίκουρη Καθηγήτρια Εθνικού και Καποδιστριακού Πανεπιστημίου Αθηνών
17.00-17.15     Α. Ταμπάκη, Καθηγήτρια Εθνικού και Καποδιστριακού Πανεπιστημίου Αθηνών, Η συμβολή της μετάφρασης στην επανάκτηση του κλασικού γαλλικού ρεπερτορίου στην Ελλάδα του τέλους του 20ού αιώνα
17.15-17.30     Δρ. Ρ. Γρηγορίου, Φιλόλογος-Θεατρολόγος, "Γραφέν το πρώτον γαλλιστί": Οι γαλλόφωνες κωμωδίες στην ελληνική σκηνή του 19ου αιώνα
17.30-17.45     Α. Αλτουβά,Λέκτορας Εθνικού και Καποδιστριακού Πανεπιστημίου Αθηνών, Η υποδοχή της Sarah Bernhardt από τον ελληνικό ημερήσιο και περιοδικό τύπο της εποχής της
17.45-18.00     Δ. Τσατσούλης, Αναπληρωτής Καθηγητής Πανεπιστημίου Πατρών, Τόποι του βλέμματος- θρήνος στη σιωπή. Το ποίημα ‘Jennine’ της  Etel Adnan - Η perfomance του Θεάτρου ‘Άττις’
18.00-18.15     Συζήτηση
18.15-18.30     Δρώμενο από τους φοιτητές του Τμήματος Θεατρικών Σπουδών του Πανεπιστημίου Πελοποννήσου: απόσπασμα από το θεατρικό έργο Γυναίκες του ίδιου άνδρα της Αλγερινής γαλλόφωνης δραματουργού FatimaGallaire
Υπεύθυνη δρωμένου: Χρ.  Ζώνιου, μέλος Ε.Ε.ΔΙ.Π. Πανεπιστημίου Πελοποννήσου


Κυριακή 7 Απριλίου 2013, αίθουσα «Λήδα Τασοπούλου»

1η Συνεδρία: Γαλλοφωνία και θέατρο
Πρόεδρος        Μ. Βελιώτη, Επίκουρη Καθηγήτρια Πανεπιστημίου Πελοποννήσου
10.00-10.15     Β. Γεωργοπούλου,Επίκουρη ΚαθηγήτριαΠανεπιστημίου Πελοποννήσου, Ο ήχος και η ηχώ του έρωτα και του θανάτου στον ‘‘Σπαραγμό’’ της Μαργαρίτα Λυμπεράκη
10.15-10.30     Ι. Καραμάνου, Επίκουρη Καθηγήτρια Πανεπιστημίου Πελοποννήσου, Τάσεις της γαλλόφωνης έρευνας για το αρχαίο δράμα
10.30-10.45     Μ. Κοτζαμάνη,Επίκουρη Καθηγήτρια Πανεπιστημίου Πελοποννήσου, Η HélèneCixousκαι το θέατρο της πόλης
10.45-11.00     Συζήτηση

2η Συνεδρία: Πολυδιάστατες όψεις της Γαλλοφωνίας
Πρόεδρος        Ι. Μποτουροπούλου, Καθηγήτρια Εθνικού και Καποδιστριακού Πανεπιστημίου Αθηνών
11.00-11.15     Δ. Καγγελάρη, Επίκουρη Καθηγήτρια Αριστοτελείου Πανεπιστημίου Θεσσαλονίκης, Όψεις  της σύγχρονης σκηνικής πράξης στον γαλλόφωνο Καναδά
11.15-11.30     Μ. Βελιώτη,Επίκουρη Καθηγήτρια Πανεπιστημίου Πελοποννήσου, "Ο δρόμος της μάσκας" του Claude Lévi-Strauss και οι δρόμοι της Τέχνης
11.30-11.45     Στ. Κρασανάκης, Ψυχίατρος-Σκηνοθέτης-Δραματοθεραπευτής, ΄΄Ο Ξένος’’ του Καμύ, ο άλλος μας εαυτός
11.45-12.00     Συζήτηση
12.00-12.30     Διάλειμμα-Καφές

3η Συνεδρία,   Αφρική και γαλλόφωνο μυθιστόρημα
Πρόεδρος        Α. Ρόζη, Επίκουρη Καθηγήτρια Πανεπιστημίου Πατρών
12.30-12.45     J. Mulumba, ΛέκτοραςΠανεπιστημίου Ludwig Maximilian Universität, Μόναχο, Γερμανία, La Passion selon Marie-Gertrude
12.45-13.00     Ε. Τατσοπούλου, Επίκουρη Καθηγήτρια Εθνικού και Καποδιστριακού Πανεπιστημίου Αθηνών, Διακυβεύσεις/Διλήμματα και αποαποικιοποίηση  στο αφρικανικό μυθιστόρημα
13.00-13.15     Συζήτηση-Κλείσιμο εργασιών του Συνεδρίου

13.15-13.30     Δρώμενο από τους φοιτητές του Τμήματος Θεατρικών Σπουδών του Πανεπιστημίου Πελοποννήσου: Ζιγκ-Μπανγκ, κλ(ε)ίνοντας το σώματου Γάλλου ελληνικής καταγωγής συνθέτηGeorgesAperghis
Υπεύθυνη δρωμένου: Α. Βασιλάκου, μέλος Ε.Ε.ΔΙ.Π. Πανεπιστημίου Πελοποννήσου


HΠρόεδρος: Α. Κοντογιάννη
    Η συντονίστρια: Χρ. Οικονομοπούλου

Επιστημονική Επιτροπή:                                                                    
Γ. Φρέρης, Β. Λαλαγιάννη, Μ. Βελιώτη

Οργανωτική Επιτροπή:
Χρ. Καρδαράς, Ασ. Τσιάρας, Ι. Καραμάνου
Α. Βασιλάκου, Α. Γουναράς, Π. Ξύδης, Μ. Λάγγα,
Ε. Φίλη, Φρ. Σαργολόγος, Ν. Νούμπιλε, Β. Καψή, Ε. Μαρινάκου, Κ. Μητροσύλη, Μ. Σικιτάνο, Σ. Χατζηδημητρίου

Τετάρτη, 27 Μαρτίου 2013

Υποτροφίες σε Έλληνες φοιτητές του Πανεπιστημίου Οττάβας Καναδά με χορηγία του Ιδρύματος "Σταύρος Νιάρχος"

Α. Από το ακαδημαϊκό έτος 2013-2014 θα χορηγηθούν δύο (2) υποτροφίες σε Έλληνες μεταπτυχιακούς φοιτητές για απόκτηση τίτλου μεταπτυχιακών σπουδών στις επιστήμες της Μηχανικής, Νομικής, Ιατρικής ή στις Κοινωνικές επιστήμες. Διάρκεια υποτροφίας: δύο (2) έτη. Οι υποτροφίες αυτές θα καλυφθούν από την χορηγία του Ιδρύματος "Σταύρος Νιάρχος" και θα χορηγούνται κάθε χρόνο.

Καταληκτική ημερομηνία υποβολής της διαδικτυακής αίτησης ορίζεται η 1η Απριλίου 2013.


Β. Από το ακαδημαϊκό έτος 2013-2014 θα χορηγηθούν τέσσερις (4) υποτροφίες σε Έλληνες φοιτητές για προπτυχιακές και μεταπτυχιακές σπουδές ως εξής:
  • δύο (2) υποτροφίες για μεταπτυχιακές σπουδές επιπέδου Μάστερ ή Διδακτορικού πλήρους φοιτήσεως, μία (1) στην Αγγλική γλώσσα και μία (1) στην Γαλλική γλώσσα. Διάρκεια υποτροφίας: δύο (2) έτη για σπουδές επιπέδου Μάστερ, τέσσερα (4) έτη για Διδακτορικές Σπουδές
  • δύο (2) υποτροφίες για πτυχιακές σπουδές, μία (1) στην Αγγλική γλώσσα και μία (1) στην Γαλλική γλώσσα.
Καταληκτική ημερομηνία υποβολής της διαδικτυακής αίτησης για τις μεταπτυχιακές σπουδές ορίζεται η 1η Απριλίου 2013.

Καταληκτική ημερομηνία υποβολής της διαδικτυακής αίτησης για τις πτυχιακές σπουδές ορίζεται η 30η Απριλίου 2013.

Κυριακή, 17 Μαρτίου 2013

Διεθνές συνέδριο: L’ENSEIGNEMENT DU FRANÇAIS LANGUE ÉTRANGÈRE À L’UNIVERSITÉ: UNE PERSPECTIVE PLURILINGUE ET PLURICULTURELLE

Les 6 - 8 juin 2013, 
Académie d’Etudes Economiques de Bucarest, Roumanie
Date limite : le 15 avril 2013


Les défis que posent la mondialisation et l’internationalisation dans le domaine de l’éducation linguistique et qui demandent des réponses aux évolutions des besoins et des priorités dans l’enseignement des langues justifient la préoccupation des enseignants et didacticiens pour la mise en place de projets qui assurent le respect des principes de base sur lesquels reposent les politiques linguistiques éducatives, tels qu’ils ont été formulés par le Conseil de l’Europe.
 
Sous cette perspective, la logique d’action sous-tendant l’enseignement des langues exige la prise en considération de facteurs contextuels qui influent sur la conception des curriculums depuis le choix du contenu jusqu’au nombre d’heures imparti. L’internationalisation des activités, les mobilités professionnelles et académiques d’une part, le développement de nouvelles formes d’enseignement supérieur basées sur l’utilisation d’une langue étrangère pour la transmission de savoirs disciplinaires, l’harmonisation des systèmes de qualification et d’évaluation dans l’espace européen de l’enseignement supérieur et non seulement d’autre part, sont autant de réalités incontournables lors d’une planification cohérente de l’enseignement des langues, destinée à soutenir le développement de compétences en langue(s) diversifiées, une bonne formation des apprenants aux expériences pluriculturelles et multilingues et à la communication internationale. La mondialisation donne à l’enseignement des langues une dimension transfrontalière et on peut légitimement s’interroger sur la façon dont les universités assurent la nécessaire synergie entre leurs systèmes d’enseignement des langues respectifs tout en préservant la diversité linguistique et culturelle que les mobilités académiques ne cessent d’enrichir et de complexifier.

Le projet MeRSI Harmonisation des paramètres méthodologiques pour l’élaboration des curricula de FLE en milieu universitaire francophone, financé par l’AUF (réf. 63, 2010-2013), se place dans le sillage des actions destinées au renforcement de l’enseignement du et en français et de la recherche en français en contexte multilingue et multiculturel. Son objectif est la mise en place d’une réflexion méthodologique commune pour l’élaboration des curriculums de FLE débouchant sur la construction d’un cadre méthodologique de référence susceptible d’aider à la conception des curriculums et d’être adapté par les décideurs et les formateurs en fonction des contextes existants, de leurs besoins et de ceux des apprenants.

Les recherches menées dans les universités partenaires (Université de Tirana-Albanie, Ecole Normale Supérieure de Bouzaréa, Alger-Algérie, Université Lumière 2 Lyon - France, Université Antonine de Beyrouth-Liban, Université Hassan II Ain-Chock de Casablanca- Maroc, Académie d’Etudes Economiques de Bucarest-Roumanie) et les résultats obtenus ont mis en évidence des aspects de l’enseignement du FLE à l’université, essentiels dans l’élaboration de curriculums nationaux, comparables et compatibles aux niveaux régional ou interrégional, ou bien de curriculums communs pour une zone géographique ou un groupe de pays. Regroupés autour de trois axes thématiques, ces aspects devraient susciter des réflexions théoriques, des partages d’expériences institutionnelles et individuelles ou de résultats de recherche, des débats et des analyses dans le cadre du colloque envisagé comme un lieu de rencontres et de diffusion de savoirs et d’expériences.

Axe 1. Pratiques institutionnelles des politiques linguistiques éducatives

L’élaboration des politiques linguistiques éducatives se fonde sur le rôle central des systèmes éducatifs dans le développement de la compétence plurilingue et pluriculturelle comme finalité de l’enseignement des langues. L’internationalisation des universités accélère le processus de mise en place de dispositifs de formation à la communication dans des contextes multilingues et multiculturels par une offre diversifiée en langues comme disciplines d’étude et/ou comme langues d’enseignement.

Quels sont, dans cette perspective, les objectifs, les programmes et les finalités des dispositifs qui valorisent le français comme discipline ou comme langue d’enseignement ? Quelles sont les stratégies institutionnelles pour stimuler l’enseignement du et en français et motiver l’apprentissage des étudiants? Y a-t- il une politique nationale ou locale d’insertion professionnelle des diplômés des programmes d’études françaises ou en français ? Y a-t-il une politique institutionnelle d’harmonisation des formes d’enseignement du et en français avec les demandes du marché du travail ? Quelle place occupe le plurilinguisme dans les formations universitaires francophones ? Par quelles mesures institutionnelles assure-t-on la gestion des répertoires linguistiques pré- et post-scolarisation des apprenants ?

Axe 2. Curriculums et programmes de FLE

Les curriculums universitaires jouent un rôle de premier plan dans la réalisation des politiques linguistiques éducatives et dans la mise en pratique de l’équivalence des systèmes de qualification et des certifications internationales. L’implication directe des langues dans l’éducation plurilingue et dans la production et la transmission des savoirs et savoir-faire disciplinaires met en discussion le mode d’organisation, la structure, la nature et le contenu des curriculums de langues dont ceux de FLE en particulier. Les pratiques institutionnelles existantes en matière de curriculums de FLE sont le résultat de plusieurs décisions concernant : -l’intégration dans le curriculum institutionnel par l’appropriation du même type d’entrée dans la formation (par les contenus, par les objectifs pédagogiques, par les compétences) et par le rapport établi avec les autres disciplines ; -le statut attribué au français : langue étrangère, langue seconde, langue de scolarisation ou discipline d’étude ;- l’élaboration du curriculum de français par rapport aux curriculums des autres langues enseignées dans une perspective de complémentarité et de gestion commune du répertoire plurilingue des apprenants ou comme mise en pratique autonome ;- les paramètres méthodologiques à prendre en considération dans l’élaboration des curriculums de FLE. En fonction des caractéristiques contextuelles et des finalités des enseignements dispensés, certains paramètres deviennent plus importants que d’autres, par exemple le statut sociolinguistique du français( fonctions, évolution dans le pays, contacts avec les autres langues en présence, etc.) ou son statut psycholinguistique( les représentations des apprenants sur le français, sur sa place dans leur répertoire langagier, etc.), dans une perspective de motivation et de renforcement de son apprentissage ;- le choix des contenus (thématiques, pragmatiques, discursifs) en fonction des formes d’enseignement(obligatoire/optionnel ; en présentiel/à distance, de base/complémentaire), des contextes d’enseignement/apprentissage (homoglotte/hétéroglotte) des types de français (français général, français spécialisé, français sur objectifs universitaires ou spécifiques), des finalités de l’enseignement ;- l’élaboration des référentiels universitaires de compétences réparties par cycle de formation et domaines de référence, traduites en objectifs et activités d’enseignement/apprentissage.

L’harmonisation des stratégies et des moyens de diffusion des langues et des certifications des acquis, suggérée par les documents européens, débouche sur une véritable harmonisation curriculaire, déclinée aux niveaux des principes méthodologiques d’élaboration de curriculums et des contenus à enseigner, ceux derniers en termes de compétences comme le propose le CECRL. Quels sont les enjeux de cette harmonisation dans l’espace francophone et quelles voies suivre pour y arriver ? Que devient, dans cette perspective, la contextualisation de l’enseignement du français ? S’agit-il de deux processus qui s’excluent réciproquement ou bien de deux étapes d’une même démarche de renforcement de l’apprentissage du français ?

Axe 3. Didactique universitaire du FLE


La programmation didactique et méthodologique doit prendre en considération certaines caractéristiques du système d’enseignement supérieur et de ses acteurs : - le contexte d’enseignement/apprentissage détermine des approches et des pratiques différentes suivant qu’il est hétéroglotte ou homoglotte ; - les contraintes administratives :le nombre d’heures imparti et la durée par cycle d’étude, le statut de l’enseignement (obligatoire/optionnel ; etc.) : -le domaine de référence : études de la langue, étude d’autres spécialités ; - le statut du français : langue d’enseignement et/ou discipline d’étude ; - le niveau de maitrise de la langue par types de compétences ; - le répertoire plurilingue de l’étudiant ; - les traditions éducatives : les formes d’enseignement des langues, les habitudes d’apprentissage ; - les finalités de l’enseignement en général et de celui du français en particulier ; - le statut de l’enseignant(natif/non- natif), sa formation en langue et en didactique, ses habitudes d’enseignement. Toutes ces caractéristiques font que les mêmes approches méthodologiques, stratégies d’enseignement, pratiques de classe ou supports soient différemment mis en pratique et utilisés avec des résultats variables non seulement d’un système à l’autre mais à l’intérieur du même système éducatif. Tout aussi différentes peuvent être les formes d’évaluation qui, de façon générale, devraient correspondre au type d’enseignement dispensé et aux finalités de la formation.

Quels sont les critères d’élaboration des tests d’évaluation ? Les formes d’évaluation institutionnelle sont-elles mises en relation avec les certifications internationales ? Ces certifications peuvent-elles remplacer les validations institutionnelles ? Les tests d’évaluation peuvent-ils être utilisés comme base pour l’élaboration des programmes d’enseignement ?

Modalités de présentation

Communication de 20 minutes (+10 minutes de discussion)
Atelier de 90 minutes
Les communications peuvent être soutenues en français et en anglais. Pour ces dernières, une présentation en français est requise.
Chaque participant peut participer avec deux communications maximum à titre d’auteur ou de coauteur.

Calendrier

Le 15 avril 2013 date limite de soumission des propositions : résumé en français et en anglais (200 mots + 5 mots clés) et fiche d’inscription
Le 15 avril 2013 envoi du second appel à communications
Le 30 avril 2013 date limite de soumission (second appel) et notification aux auteurs (premier appel) de la décision du Comité scientifique
Le 15 mai 2013 notification finale aux auteurs de la décision du Comité scientifique (deuxième appel)

Frais de participation
 
100 euros – enseignants-chercheurs
50 euros – jeunes enseignants-chercheurs et étudiants
Les communications seront publiées dans les Actes du colloque

Les propositions de communications et d’ateliers seront envoyées à l’adresse :
colloque.perspectives2013@gmail.com
Site du colloque : http://www.perspectives2013.wordpress.com 

FICHE D’INSCRIPTION
NOM :
PRENOM :
AFFILIATION :
TITRE UNIVERSITAIRE :
TELEPHONE :
E-MAIL :
TITRE DE LA COMMUNICATION :
□ Auteur
□ Coauteur
AXE :
RESUME DE LA COMMUNICATION (200mots+5 mots clés)
ABSTRACT :
ATELIER :
RESUME DE LA THEMATIQUE DE L’ATELIER (200mots+5 mots clés)
ABSTRACT :

Παρασκευή, 8 Μαρτίου 2013

Εβδομάδα Γαλλοφωνίας: 19 έως 23/3/2013




SEMAINE DE LA FRANCOPHONIE 2013

 ALORS RACONTE!...


19-23|03|2013
INSTITUT FRANÇAIS D’ATHÈNES

TÉLÉCHARGEZ LE PROGRAMME DES MANIFESTATIONS (.pdf)

Chaque année, autour du 20 mars, la Francophonie est fêtée sur les cinq continents. En 2013, l'Institut français de Grèce et les Ambassades francophones en Grèce proposeront un programme culturel du 19 au 23 mars pour célébrer l'appartenance à une communauté lingui-stique de près de 300 millions de locuteurs qui ont « le français en partage ».
Ce printemps 2013 sera celui des Conteurs des Cinq continents, car les histoires voyagent, se jouent des frontières et plus elles sont racontées moins elles sont étrangères. Les meilleurs Conteurs seront les lauréats du Concours national de la francophonie, réservé à tous les élèves de français de Grèce; ils recevront leurs prix à Athènes et Thessalonique. Par ailleurs, la littérature et la musique seront à l'honneur pour le grand public.


PROGRAMME DES MANIFESTATIONS


Du 13 au 17 mars
Festival ANAMESA
Sous l’égide du Ministère de l’éducation, des cultes, de la culture et des sports
Avec le Lycée Franco-Hellénique Eugène Delacroix
Pour sa première édition, le festival européen Anamesa invite de jeunes talents européens, artistes en situation de handicap ou artistes valides, issus des mondes professionnels, amateur, scolaire et associatif à se rencontrer autour d’un dialogue artistique.
Programme : www.lfh.edu.gr

14|03|2013
Succession de spectacles de formes courtes en matinée au Lycée Franco-Hellénique Eugène Delacroix et en soirée à la Fondation Cacoyannis.

15|03|2013
Journée de déambulation artistique dans Athènes, en partant de la place Syntagma jusqu‘au parc Pedion tou Areos, en passant par le musée archéologique.

16|03|2013
À la Fondation Cacoyannis, en après-midi succession de formes courtes, en soirée le spectacle Anamesa Mas de la compagnie DK-BEL (www.dk-bel.com).
Des ateliers artistiques à Technopolis et expositions complèteront le programme du festival dans la soirée.





Vendredi 15 mars, 16h00-18h00
Conférence « La République Démocratique du Congo et la Francophonie »
de Isidore NDAYWEL E NZIEM
Historien, Professeur des universités, Commissaire Général du XIVème Sommet de la Francophonie-Kinshasa 2012
Conférence en français
En partenariat avec l’Ambassade de la République démocratique du Congo à Athènes et l’OIF





15, 16 & 17 mars, 21h00
Concert de Michel LEGRAND
Samedi 16 mars, 21h00
Concert d’ouverture de la Francophonie
Le célèbre compositeur français de musique de films se produira lors de trois représentations uniques à Athènes, à Gazarte, qui ouvriront cette année la semaine de la Francophonie.
Informations & billeterie: www.gazarte.gr




Mardi 19 mars, 9h30 et 11h00
Projection du film d’animation « Le Tableau »
de Jean-François Laguionie (France, Belgique 2011)
Matinée pour les scolaires
Un château, des jardins fleuris, une forêt menaçante, voilà ce qu’un Peintre, pour des raisons mystérieuses, a laissé inachevé. Dans ce tableau vivent trois sortes de personnages: les Toupins, les Pafinis et les Reufs …





Mardi 19 mars, 20h00
Concert de Emilie DUVAL
En partenariat avec l’Ambassade du Grand Duché de Luxembourg en Grèce
Le style musical de Emilie Duval mêle une pop funky aux accents jazzy, difficile à catégoriser, car Emilie est avant tout une chanteuse à voix. En 2012, elle sort son 1er album « Natur´Elle ».
En première partie, les lycéens de Saint-Paul du Pirée, lauréats de la Francophonie 2011





Mercredi 20 mars
Remise des prix écoles primaires
Remise des prix du Concours National de la Francophonie, réservé aux 500 lauréats des écoles primaires.
Animation théâtrale par la classe FLE-FLS du Lycée franco-hellénique Eugène Delacroix sous la direction de Florence Beissière et Céline Pinon





Mercredi 20 mars 18h30
Exposition de Philippe BECQUELIN – Mix & Remix
Exposition des dessins du créateur suisse de bandes dessinées et caricatures Philippe Becquelin - Mix & Remix, qui réalise chaque semaine pour le magazine l’Hebdo des dessins humoristiques sur les sujets d’actualité. L’exposition sera visible jusqu'à la fin du mois de mars.
Table ronde « Langage et Dessin »
Intervenants :
Mix et Remix, dessinateur
Thodoros MOUNTZOURIDIS, illustrateur
Alexia Kefalas, journaliste
Babis Papadimitriou, journaliste du quotidien Kathimerini et télé-radio SKAI

Manifestations organisées en partenariat avec l’Ambassade de Suisse en Grèce
Vernissage et vin d’honneur offert par l’Ambassade de Suisse en Grèce
L'ambassade de Suisse en Grèce offrira aussi aux élèves lauréats du concours de la francophonie 20 exemplaires de l'ouvrage "L'image de la suisse" de Gianni Haver.





Jeudi 21 mars, 19h00
Table ronde Métin ARDITI « Langage et Musique »
L’écrivain suisse Metin Arditi, à l’occasion de la publication de son dernier livre Prince d’orchestre (Actes Sud), nous fera partager ses émotions sur la musique et l’ « inépuisable fécondité de l’art » avec l' écrivain grec Takis THEODOROPOULOS.. La discussion sera animée par le critique littéraire Spyros GIANNARAS.
Table ronde en français
En partenariat avec l’Ambassade de Suisse en Grèce




Samedi 23 mars

Remise des prix collèges et lycées
Prix du Concours National de la Francophonie, réservé aux 500 lauréats des collèges, lycées et universités
Animation Théâtre par les 1e du Lycée franco-hellénique Eugène Delacroix sous la direction de Joëlle Montech



Du 1er au 30 mars
Exposition « Les 10 mots semés au loin »
de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF), dans le hall d’entrée de l’Institut français d’Athènes


Le site officiel de la journée internationale de la Francophonie

Τρίτη, 5 Μαρτίου 2013

APPEL D'OFFRES: "Création d'un réseau international de traducteurs et interprètes pour le français - Projet d'étude préliminaire" (Date limite: 18 mars 2013)

Objet de l’étude

Dans le cadre de la mise en place d’un réseau international de traducteurs et interprètes pour le français », l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) recrute un consultant pour mener une étude qui consistera à :

  • Dresser un état des lieux des besoins en termes de traduction et d'interprétation au sein des  grandes organisations internationales partenaires de l’OIF, ayant leur siège en Afrique et le français comme une des langues de travail et/ou officielles ;
  • Identifier un ou deux centres de formation africains proposant des cursus de traduction et interprétation depuis et vers le français, avec lesquels l’OIF pourra travailler en synergie en vue du réajustement de leurs parcours de formation en fonction des paramètres qui auront été dégagés de l’état des lieux dans les organisations ciblées par l’étude.
L’étude tiendra compte des rapports et de la littérature déjà existants sur le sujet, et des acquis du Projet africain (notamment l'étude de Noël Muylle, Language matters (2008), les rapports des deux conférences panafricaines - 2009 et 2012 -, les rapports de mission sur le continent africain des responsables de la Direction langue française de l’OIF).

Elle devra donner lieu à des propositions concrètes de mesures à mettre en œuvre dans le ou les centres de formation identifiés. Des passerelles seront établies entre ces centres de formation et les organisations internationales, en vue de répondre aux besoins de ces dernières par une interprétation et une traduction de qualité, que le français fasse figure de langue cible ou de langue source.

Profil du consultant

Le consultant sera un docteur en linguistique, doté d’au moins dix années d’expérience dans le domaine de la coopération internationale linguistique, ayant en outre une bonne connaissance du terrain africain et de la Francophonie ainsi qu’une sensibilité particulière pour les questions touchant à la traduction et l’interprétation. Il sera mis en contact avec des professionnels de la traduction et de l’interprétation et experts de renom qui pourront l’accompagner dans son travail de recherche. 

Les candidatures sont à adresser à M. Iyade KHALAF, spécialiste de programme « Langue française dans les organisations internationales » par voie électronique (iyade.khalaf@francophonie.org) avant le 18 mars 2013. 

L’étude sera réalisée en deux temps (état des lieux dans les organisations internationales et identification des centres de formation) sur une période de 60 jours de travail à prester. L’expert percevra des honoraires de 13 950 € pour la réalisation de cette étude, qui débutera le 02 avril 2013 et devra être achevée avant le 02 juillet 2013.

Contenu et tâches à réaliser dans le cadre de l'étude

S’agissant du premier volet "Etude de l'offre et de la demande en termes d'interprétation et de traduction dans les organisations internationales", le consultant déterminera les besoins des grandes organisations internationales présentes en Afrique, ayant besoin d'interprétation ou de traduction vers et depuis le français. L’enquête portera sur les organisations suivantes :
  • Commission de l’Union africaine (Addis-Abeba) ;
  • Cour africaine des Droits de l’homme et des peuples (Arusha) ;
  • Communauté des États d’Afrique de l’Est – EAC (Arusha) ;
  • Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Abuja) ;
  • Common Market for Eastern and Southern Africa (Lusaka) ;
  • Southern African Development Community (Gaborone).
Après s’être appuyé sur la littérature déjà existante sur le sujet et citée ci-dessus, le consultant mènera d’abord son travail d’enquête, au moyen d’entretiens téléphoniques (ou via skype) avec les responsables des différents services d'interprétation et de traduction des organisations cibles dont les coordonnées lui seront fournies au préalable par l’OIF. Des contacts seront à établir au plus vite (courriel, téléphone…), en coordination avec l’OIF, pour annoncer le travail d’enquête.

Afin d’avoir un panorama complet de la situation de l'interprétation et de la traduction dans les organisations cibles, les entretiens menés viseront à récolter les données quantifiables et tangibles suivantes :
  • couples de langues demandés en traduction et interprétation ;
  • volume annuel de textes traduits pour chaque couple de langues ;
  • nombre annuel d'heures d'interprétation simultanée pour chaque couple ;
  • profil d'études des interprètes et traducteurs actuels ;
  • difficultés récurrentes observées dans la pratique quotidienne ;
  • répartition entre les différentes catégories du personnel linguistique (statutaires, contractuels, free- lance);
  • procédures de recrutement, compétences et qualifications requises ;
  • possibilités de stages pour les étudiants et les jeunes diplômés ;
  • niveau de rémunération ;
  • matériel d'interprétation disponible, logiciels de TAO utilisés;
  • ressources métalinguistiques utilisées (dictionnaires, bases de données terminologiques, mémoires de traduction...) ;
  • besoins futurs en termes de compétences attendues, couples de langues, d’outils d'aide à la traduction et de matériel d'interprétation.
Pour compléter ce travail d’enquête à distance, deux visites sur le terrain des services de traduction et d'interprétation de la CUA et de la CEDEAO (ayant respectivement leur siège à Addis- Abeba et Abuja) seront envisagées.

Cette mission sur le terrain permettra d’affiner les résultats qui auront été recueillis lors des entretiens à distance, d’interroger les traducteurs et interprètes travaillant pour ces organismes et d'être à l'écoute de leurs difficultés dans l'exercice de leur métier. 

Une fois toutes les données recueillies, le consultant, en dialogue avec l’OIF et les experts et universitaires qui pourront l’encadrer, entreprendra un travail de synthèse et d’analyse des données sous la forme d’un rapport à remettre à l’OIF.    

S’agissant du deuxième volet « État des cursus de traduction et interprétation  actuellement organisés sur le continent africain », le consultant établira dans un premier temps un état des lieux des projets académiques déjà existants ou en cours d’élaboration sur le continent africain, dans le champ de l’interprétation et de la traduction, en se focalisant sur les cursus où le français est une langue A, B ou C.

Ensuite, à partir des résultats de l’enquête relative au premier volet de l’étude et des besoins qui auront été identifiés dans les organisations ciblées par l’étude, le consultant suggérera un ou deux centres de formation en vue du réajustement et de la labellisation de leurs cursus, selon des normes internationales, et avec lesquels l’OIF travaillera en synergie pour l’atteinte des objectifs fixés par le projet de réseau de traducteurs et interprètes pour le français.

Dans son travail d’analyse des cursus de traduction et d’interprétation déjà existants, le consultant pourra s’appuyer sur les différents rapports qui ont couvert certaines formations dispensées dans le champ de la traduction et de l’interprétation (tels que le rapport de M. Noël Muylle) et sur les cursus mis en place dans le cadre du Projet africain. Il mènera ensuite son travail d’enquête, au moyen d’entretiens téléphoniques (ou via skype) avec les chefs des différents établissements ciblées par l’étude. Des contacts seront à établir au plus vite (courriel, téléphone…), en coordination avec l’OIF, pour annoncer le travail d’enquête.

Pour avoir un panorama complet de l’état de la formation en traduction et interprétation sur le continent africain, les entretiens menés viseront à récolter les données quantifiables et tangibles suivantes :
  • langues A, B et C ;
  • locaux et infrastructure (bibliothèque, laboratoires de langue, cabines d'interprétation, ordinateurs et logiciels de TAO) : état des lieux et besoins ;
  • profil et compétences des équipes enseignantes ;
  • programme des cours et descriptifs ;
  • objectifs de formation (compétences et qualifications) ;
  • mode de sélection des étudiants ;
  • nombre de diplômés par filière ;
  • étude des débouchés des diplômés ;
  • difficultés rencontrées par les formateurs et besoins institutionnels ;
  • contact avec les institutions internationales.
A l’instar du premier volet de cette étude, une ou deux visites sur le terrain viendront compléter le travail entrepris à distance. Cette mission sur le terrain permettra d’affiner les résultats qui auront été recueillis lors des entretiens à distance, de vérifier l’applicabilité des exigences contenues dans les labels internationaux et d’interroger dirigeants et enseignants sur  les difficultés rencontrées.  

Une fois toutes les données recueillies, le consultant, en dialogue avec l’OIF et les experts et universitaires qui pourront l’encadrer, entreprendra un travail de synthèse et d’analyse des données sous la forme d’un deuxième rapport à remettre à l’OIF

Le cursus mis en place à l’université de Ouagadougou dans le cadre du Projet africain pourrait servir de référence pour le deuxième volet de cette étude. Un tel choix sera à affiner en fonction des résultats obtenus dans le premier volet de l’étude.

Synthèse des données


La synthèse des données et des résultats obtenus dans chacun des volets de l’enquête doit permettre de formuler des propositions concrètes dans le cadre de la mise en place du réseau de traducteurs et interprètes pour le français.
Ces propositions concerneront :
  • les organisations internationales dans la perspective d’une mise en œuvre de processus de médiation linguistique de qualité garantissant l'usage effectif de la langue française comme langue de travail ;
  • les écoles de traduction et d’interprétation en vue de la conception de cursus adéquats conformes aux exigences internationales de qualité, tout en tenant compte des spécificités des écoles visées et des besoins identifiés au sein des organisations internationales ;
  • l'OIF en vue de la mise en place avec d’autres partenaires (tels que l’AUF) de programmes concrets d'accompagnement d'écoles considérées comme pilotes dans la perspective d’une labellisation de ces dernières.
Au terme de l'étude, une réunion de concertation avec les membres du réseau de traducteurs et interprètes pour le français sera organisée par l'OIF pour valider le contenu des conclusions et recommandations et envisager leur mise en œuvre.